Le professeur della Faille de l’UQO donne deux performances au Myanmar

Au courant du mois d’octobre 2014, le professeur Dimitri della Faille du Département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais était de passage dans la capitale du Myanmar pour présenter deux performances en art sonore.

yangon_TS1_1

Le Myanmar, un pays d’Asie du Sud-est anciennement connu sous le nom de Birmanie, est à l’heure actuelle en transition démocratique. Ce pays est déchiré par la plus longue guerre civile de l’histoire. Avec son ouverture à un régime démocratique depuis à peine deux ans, les universités et le milieu artistique connaissent une tranquille renaissance. Ce contexte permet l’émergence de pratiques artistiques contemporaines et de cultures alternatives que le professeur della Faille a pu observer lors de son séjour. Il a ainsi pu constater comment, dans un pays dévasté par la guerre, le milieu artistique contribue au développement social, culturel, politique et identitaire.

yangon_TS1_3

En plus de ces rencontres, les 17 et 21 octobre derniers, il a présenté deux performances sonores dans la capitale Yangon (Rangoon) devant plus d’une centaine de personnes. La série de performances à laquelle il a participé marque le renouveau de l’art contemporain dans ce pays. Lors de cette expérience unique, le professeur della Faille a pu interagir avec de nombreux artistes birmans et étrangers vivant au Myanmar et renforcer son expérience internationale. Depuis 1998, le professeur de l’UQO est actif en arts sonore et numérique et en musique expérimentale. Il a depuis ainsi performé dans près d’une vingtaine de pays dont, entre autres, l’Argentine, la Chine, le Chili, l’Équateur, l’Indonésie, le Japon, le Mexique, le Pérou et Taïwan.

yangon_TS1_4

Cette expérience unique au Myanmar était particulièrement enrichissante pour le professeur qui est chercheur en sociologie politique à l’UQO et qui s’intéresse au développement international en plus d’être artiste à la réputation internationale.